Benoît Decron

Benoît Decron

" Dessinant, Dilasser ne se contente pas d’une seule technique. Aussi bien, il peut travailler largement au fusain, tracer à la plume, au crayon gras, au crayon Conté. L’essentiel pour lui reste que la main jamais ne s’habitue ni ne s’abandonne à la virtuosité. Afin de rompre avec une technique, il s’essaie avec d’autres instruments tels que le tournevis. L’outil, pour inhabituel qu’il soit, procure des sensations inédites, soumet l’artiste à un nouvel apprentissage… "

Benoît Decron, Le dessin de Dilasser, Catalogue Artothèque de Caen, Musée de St Lô, Musée de Valenciennes, Musée de l’Abbaye Ste Croix des Sables d’Olonne - Éditions Le temps qu’il fait, 1996

" La peinture de François Dilasser reste indissociablement arrimée au silence. Ses Veilleurs (1991), Bateaux-Feux (1991) ou Régentes (1995) baignent dans un isolement qui renforce la puissance suggestive des formes. Dilasser a éprouvé l’austérité dans la figuration la plus littérale … "
… Dans le processus créateur d’un Dilasser, le carnet de dessin est un passage obligatoire. L’artiste en remplit les feuilles d’une manière quasi automatique. Elles deviennent répertoires de formes, éphémérides…

Benoît Decron, Catalogue Musée Hébert, La Tronche / Grenoble – 1999

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En Savoir + OK